89824548_1095716544095503_95466370968951

COMITÉ "MANGER"

Avec Léa Schewe, Caroline Formont, Annabelle Gross, Julien Dibio

 

LES ENJEUX

L’agriculture constitue un atout majeur pour le territoire de la Métropole Européenne de Lille (MEL) par son importance économique, son rôle structurant des paysages, la préservation des ressources naturelles. Aujourd’hui, ce secteur d’activités cristallise de fortes attentes sociétales en matière d’alimentation et de pérennisation de la profession en milieu péri-urbain. L’espace rural est également un lieu de vie et de bien-être pour les habitants de la MEL. S’intéresser au rapport entre la ville et les campagnes est central pour éviter les migrations pendulaires et l’hyperurbanisation responsable de nombreux maux environnementaux. Dès lors, il apparaît essentiel pour la MEL de se doter d’une stratégie globale et lisible en faveur des espaces ruraux et de l’activité agricole incluant l’approche alimentaire.

NOTRE SPÉCIALISTE

BENOIT LALLAU est maître de conférences à Sciences Po Lille, responsable de la Majeure "Conflits et Développement" et à l'Université Lille 1 (le Clersé). Ses recherches portent principalement sur la pauvreté rurale, sur la portée de la notion de résilience dans le champ des sciences sociales, et sur les modèles de développement agricole. Il dirige plusieurs thèses de doctorat, sur les problématiques du développement agricole et des trajectoires post-crises.

LES PROPOSITIONS

Le travail des étudiants et étudiantes ce week-end s’est d’abord focalisé sur la définition collective des enjeux de ce thème : 1/ Repenser notre système agricole et alimentaire de manière soutenable ; 2/ Répondre à des enjeux de santé publique. Ces deux enjeux sont forcément inséparables de la justice sociale afin que chacun et chacune puissent y avoir accès à Lille. Dès lors, les étudiant.e.s ont tenté de répondre à cette question centrale : comment rendre le « manger mieux » plus accessible à tous.te.s ? « Manger mieux » se définissant comme les possibilités de favoriser des produits locaux, de saisons et si possible biologiques ainsi qu'une alimentation variée (fruits et légumes) en évitant les produits transformés industriellement, et en réduisant l’apport en protéines animales au profit de protéines végétales (légumineuses, tofu …). Voici donc les propositions du groupe Manger, suite à la Convention Climat.